« le sentiment de notre existence dépend pour une bonne part du regard que les autres portent sur nous : aussi peut-on qualifier de non humaine l’expérience de qui a vécu des jours où l’homme a été un objet aux yeux de l’homme »

Primo Levi, Si c’est un homme, 1947

Sarah on the bridge de Jean Revillard
Sarah on the bridge de Jean Revillard
Sarah on the bridge de Jean Revillard

Nos coordonnées

 logo foyer AFJ

logo telephone 07 60 73 26 26
logo maison

Siège social (Adresse administrative) :
MDCA - AFJ Boîte 99
20 rue Edouard Pailleron
75019 PARIS

logo courrier Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Aider une victime

Vous avez rencontré/identifié une victime de la Traite à des fins d’exploitation sexuelle ou vous pensez qu’une personne est peut-être dans cette situation,
Vous êtes un professionnel du social, de la santé ou du juridique, vous êtes un bénévole ou un particulier,
Vous avez besoin d’un conseil, d’une écoute ou de trouver un moyen pour protéger une victime qui demande de l’aide pour sortir d’un réseau de prostitution.
Contactez nous par mail ou par téléphone entre 10h et 20h

Financer un programme

photomosaique

News

Rapport Annuel AFJ 2015

Telecharger le rapport annuel 2015

Intervention AFJ France Inter "Interception"

Femmes à vendre, les réseaux de traite en France dimanche 17 avril 2016

La traite des femmes : une expression qu’on aimerait voir rayée du vocabulaire contemporain.

On n’imaginerait jamais les croiser. Mais elles sont pourtant sur les trottoirs des rues de nos grandes villes.

La traite des êtres humains se définit de manière précise ; à savoir par le recrutement de ses victimes, leur transfert jusque dans les pays riches, et une fois arrivées, l’hébergement par leur proxénète. Toute une vie sous la contrainte des trafiquants, qui n’ont que l’obsession de l’argent gagné grâce à leurs proies.

En France, on estime qu’il existe entre 20 et 40 mille prostituées. Quatre-vingt pour cent d’entre elles sont victimes de ces réseaux, selon les associations qui travaillent avec elles, mais aussi les services de police spécialisés.

Elles viennent de Chine, d’Europe de l’Est, d’Afrique. Ce sont des esclaves sexuelles qui bien souvent n’ont jamais deviné le cauchemar qui les attendait dans cette Europe dont elles avaient tant rêvé.

Les profits du trafic d’êtres humains est si énorme, qu’au rythme où il croît ces dernières années, il pourrait dépasser les sommes générées par les deux principales sources d’argent illégal : le trafic d’armes et celui de la drogue.